Botanique

C’est en rĂ©fĂ©rence Ă  la lĂ©gende de Quetzalcoatl que Carl Von LinnĂ© (1753) donne au cacaoyer le nom de Theobroma cacao (theo– : dieu, –broma: nourriture).

Le cacaoyer est un arbre qui appartient Ă  la famille des MalvacĂ©es. Le genre « Theobroma » comporte une vingtaine d’espèces dont une seule est largement cultivĂ©e : Th. cacao.

12 sous-espèces (ou variĂ©tĂ©s) ont Ă©tĂ© identifiĂ©es au sein de Th. cacao :

Th. cacao sp amelonado

Th. cacao sp  chuncho

Th. cacao sp contamana

Th. cacao sp criollo

Th. cacao sp curaray

Th. cacao sp guiana

Th. cacao sp iquitos

Th. cacao sp maranon

Th. cacao sp nacional

Th. cacao sp nanay

Th. cacao sp piura

Th. cacao sp purus

Ecologie 

Originaire de la forêt tropicale humide amazonienne, le cacaoyer a besoin d’un climat chaud (en moyenne de 20° à 30°C avec un minimum de 13°C et un maximum de 40°C) et humide (de 800 à 1200 mm réparties sur l’année).

L’ombrage lui est important aux diffĂ©rentes Ă©tapes de sa vie : Jeune, l’arbre ne peut faire sa photosynthèse en plein soleil et doit grandir en profitant de l’ombrage crĂ©Ă© par ses voisins jusqu’à avoir fait sa propre canopĂ©e qui lui assure un auto-ombrage. Lorsque l’arbre vieillit, au-delĂ  de 30 ans, l’ombrage lui permet de rĂ©duire ses besoins en eau et de supporter des chaleurs et un rayonnement excessifs.

Morphologie 

Son architecture présente un dimorphisme entre un axe principal orthotrope qui constitue le tronc et d’une couronne de 5 branches plagiotropes.

Le cacaoyer peut atteindre 15 à 20 mètres de hauteur et vivre plus de 100 ans.

Les feuilles  prĂ©sentent Ă©galement un dimorphisme : symĂ©triques avec un long pĂ©tiole sur le tronc, asymĂ©triques avec un pĂ©tiole court sur les branches.

Les poussées foliaires sont appelées flush. Selon la variété du cacaoyer, les jeunes feuilles sont vert clair (Criollo, Piúra, Chuncho) ou rouge. A maturité elles sont vert foncé quel que soit la variété.

Plante cauliflore, les fleurs, hermaphrodites, poussent à même le tronc, regroupées en coussinets floraux. Elles apparaissent lorsque l’arbre est âgé de 2-3 ans voire davantage selon les variétés.

Reproduction 

La pollinisation est entomophile, assurĂ©e principalement par de petits diptères : les forcipomyia.

La fécondation se fait tôt le matin aux heures fraîches de la journée. Sur une dizaine de fleurs que compte un coussinet floral, seules quelques-unes donneront un fruit appelé cabosse. Une jeune cabosse est une cherelle.

Mûrs, les fruits ne se détachent pas du tronc. La récolte des cabosses doit donc être faite sur l’arbre.

Les cabosses contiennent environ 40 graines appelées fèves, entourées d’un mucilage blanc. Selon la variété, les fèves sont de couleur blanche (cas des Criollo ou du Matina ) ou violette plus ou moins foncée. Ce critère est transmis génétiquement.

GĂ©nĂ©tique 

Le cacaoyer est une plante diploïde de 10 paires de chromosomes. La carte génomique du cacaoyer a été établie en 2008 (Motamayor J. C.et al.).

Le programme de recherche génétique sur le cacaoyer est très important à l’échelle internationale compte tenu du contexte économique. Ces programmes visent à mettre au point des variétés rapidement très productives et résistant aux maladies à l’origine d’une perte importante de la récolte.

Les qualités aromatiques sont avant-tout déterminées par la variété génétique.

%d blogueurs aiment cette page :